28/05/2018

Que le parti des fous est le plus grand qui soit au monde



Antoine Boësset - Ballet des fous et des estropiés de la cervelle
Interprétation : Le poème harmonique - Vincent Dumestre

Mis en ligne par Gilade74


Réédition d'un vieux billet qui avait perdu sa musique et qui faisait lui-même suite à cet autre du 19 novembre 2010, également  sur Rabel. Boësset, surintendant de la musique de la chambre de Louis XIII, composait les musiques des ballets dont Daniel Rabel (1578-1637) dessinait les costumes - les illustrations ci-dessous sont toutes issues de son atelier.

Il s'agit d'une partie du Ballet des fées de la forêt de St Germain, dansé au Louvre pour Carnaval le 9 février 1625, par le roi (Louis XIII) et sa cour, pour le roi et sa cour. Livret de René Bordier, musique d'Antoine Boësset, réalisation d'Henri de Savoie, duc de Nemours.


Entrées successives de cinq fées - Guillemitte la quinteuse, fée de la musique, Perrette la hasardeuse, fée des joueurs...




...accompagnée d'un chat


...puis Jacqueline l'Entendue, fée des estropiés de la cervelle... 



(et son hibou)



...qui se fait annoncer par son récit :


Il n'est si fameux Empirique,
S'il affronte mon art magique,
Qui ne reçoive un pié de nez:
Le chef-d'oeuvre que je projette,
Gist en la caballe secrette
De guerir les embabouinez.




Entrée des Embabouinés


Ils ont l'œil creux, le corps ectique,
Le poil et l'habit à l'antique,
Qui les font remarquer de poing :
La vanité leur sert de guide,
Et de meubler leur chambre vuide
Les Chimeres ont un grand soing.


Pressez de leur humeurs bourrües
Tout le jour ils courent les rües,
Et toute nuict ont l'œil ouvert:
Moy, pour esgayer leur folie,
J'ordonne à leur melancolie
De se couvrir d'un bonnet vert.




Entrée des Fantasques


Parmy tant de rares pensées
Qui sont diversement blessées
Les fantasques me gastent tout,
Leurs fougues ne sont point communes,




Entrée des Demi-fous


Et les demy-foux ont des Lunes,
Dont je ne puis venir à bout.

Et quand à vous, Esperlucates,





Entrée des Esperlucates


Vos complexions delicates
Veulent un traictement fort doux :
Mais en vostre mal qui m'estonne,
Tout le remede que j'ordonne
C'est que je m'en rapporte à vous.




Puis un embabouiné fait en quelque sorte son autocritique :



Esprits adjustez comme il faut,
Je reconnois bien mon defaut
Et les caprices dont j'abonde:
Mais puis que le party des Foux
Est le plus grand qui soit au monde,
Je veux en estre comme vous.




Ce caractère était dansé par Henri de Talleyrand-Périgord, comte de Chalais, nouveau favori du Roi. Comme on voit, son autocritique n'était que partielle. 

Un des demi-fous se sent partagé... 




Si j'ai le sens troublé, ce n'est qu'en apparance
Amour et le dieu Mars partagent mes désirs
Qui sont si bien reiglez que mes plus chers plaisirs
Sont d'adorer Caliste, et de servir la France.


...il était dansé par Monsieur, frère du roi.

Vient la quatrième fée, Alizon la hargneuse, fée des vaillans combattants :



...et son dragon



Finissons ces combats faicts pour le passetemps,
Il me reste un poinct à vous dire,
C'est que les Ennemis du Chef des Combattans
Auront plus à pleurer qu'à rire.




Entrée des Vaillants Combattants  



Parmi ces Combattants, le Roi lui-même prend la parole :


France, qui dans les mains me vois des armes peintes,
Dont les exploits ne sont que des jeux et des feintes
Ne croy que je m'en serve avecque passion :
Pour moi tous passetems ont un charme inutile,
Amour fera bien tost place à l'ambition
Et l'Ennemy saura que je sçuis un Achille.



Entrée des Coupe-têtes



Les Coupe-têtes quant à eux ont de faux bras et de fausses têtes en carton, qu’ils se coupent à coups de sabres et font voler dans tous les sens. Enfin la cinquième fée... 



Macette la cabrioleusefée de la danse :


Rien n'est si divin que ma gaule,
Sa vertu que le ciel espaule
Me donne cent mille suivans
Et faict, tant le monde radotte,
Passer pour des hommes vivans...




Entrée des Bilboquets escamotés


...Des bilboquets que j'escamotte.



(puis Grand Ballet, et fin).



Il ya un sous-texte à ce livret : 






Le premier des Embabouinés, Henri de Chalais, nouveau favori du Roi au moment du ballet, se laisse enrôler l'année suivante par le plus important des Demi-fous... 





...Gaston, Monsieur frère du roi, et par la duchesse de Chevreuse dans une conspiration - dite de Chalais (1) en vue de faire fuir le frère du roi, voire d'assassiner Richelieu et, peut-être, de mettre Gaston sur le trône. Chalais, cependant, se met à jouer les agents doubles, faisant des confidences tantôt à Richelieu tantôt aux conjurés. A ce jeu-là avec le cardinal, il fallait, comme pour souper avec le diable, une plus longue cuiller que celle du comte de Chalais. Richelieu l'utilise pour se renseigner d'abord, puis pour faire un exemple sur le membre le plus faible et le moins titré de la conspiration. Chalais arrêté et interrogé dans sa prison, Monsieur prend très peur, cafarde tout le monde et surtout Chalais qui sert enfin au cardinal pour envoyer à Gaston un message de la plus grande fermeté. Jugé de façon expéditive, Chalais est condamné à mort. Pour le sauver ses complices paient les bourreaux de Nantes pour qu'ils se démettent, mais on recrute alors un autre condamné, le savetier Davy (2), prêt à faire office d'exécuteur en échange de sa propre vie. Mais ce nouveau coupe-tête...







...manquant d'expérience, est seulement muni d'une épée d'apparat mal affûtée et d'une hache de tonnelier. Il ne lui faut pas moins de cinq coups d'épée, suivis de vingt-neuf coups de hache (2), pour détacher la tête du comte de Chalais. 

Gaston épousa Mlle de Montpensier, fut fait duc d'Orléans, continua à comploter sans résultat notable. On raconte que quand on lui annonça la mort de Chalais alors qu'il était en train de jouer, il leva à peine la tête.

Dans la grande salle du Louvre, le 9 février 1625, il est fort probable que le cardinal de Richelieu, survivant de bien des complots et grand escamoteur de bilboquets s'il en fut...






...garde un œil attentif sur Monsieur, frère du Roi et sur le comte de Chalais, qui dansent. Cela ne fait qu'un an que Richelieu est revenu en faveur, et au Conseil du Roi. L'homme qui a dit un jour 


Donnez-moi deux lignes de la main d'un homme, et j'y trouverai de quoi suffire à sa condamnation

et qui sera parmi les inventeurs (3) de la forme d'Etat moderne regarde gigoter cette haute noblesse qu'en vingt ans il va mettre au pas, rogner, tailler en pièces et réduire à merci. Il n'est pas de divertissement innocent.




On trouvera ici une description en détail du Ballet des fées de Saint-Germain - malheureusement une bonne partie des sites présentant en lien les livrets des opéras et ballets n'est plus accessible. Un livret (partiel ?) est accessible sur Gallica et certains des textes sur la base Philidor. Les dessins aquarellés du Ballet des fées sont conservés à la BnF (Estampes) et peuvent être consultés sur le site de la RMN ou sur Gallica, source des images ici présentes. 

Quatre des airs de ce ballet ont donc été enregistrés par le Poème Harmonique et sont disponibles chez Alpha et sur les sites habituels de streaming.

Sur la conspiration de Chalais, on peut lire, par exemple, l'opuscule de Louis Grégoire.

Et, à propos du cardinal, déjà.


(1) Ou de l'aversion au mariage. Il s'agissait pour les conjurés d'éviter à tout prix le mariage de Monsieur avec Mlle de Montpensier, pour lui garder ouvertes toutes les possibilités d'alliance avec des maisons étrangères. Louis XIII n'avait pas encore de descendance et Gaston était premier dans l'ordre de succession. Pour les lecteurs d'Alexandre Dumas, rappelons que la duchesse de Chevreuse, qui ourdit cette conspiration avant tant d'autres, tenta plus tard de précipiter Anne d'Autriche dans les bras du duc de Buckingham.

(2) Les sources varient : le savetier Davy ou encore un soldat; vingt coups seulement selon certains, trente-quatre selon d'autres. La relation la plus souvent reproduite est celle du Mercure français de 1626. Alexandre Dumas cite l'exécution de Chalais dans le Comte de Monte-Cristo, et Victor Hugo dans le dernier jour d'un condamné.

(3) En tant que praticien. Bien entendu il y a, aussi, Bodin et Hobbes dans ce mouvement qui fait de l'Etat moderne une causa sui.

Aucun commentaire: