18/12/2014

Ayons congé : Algernon Newton


Algernon Newton - A gap in the hedge / Un trou dans la haie
Via poboh



...et, se faufilant discrètement par cet interstice, les chats partent en vacances et seront de retour le 2 janvier... À tous, que cette joyeuse et lugubre période des fêtes passe doucement sur vous comme le vent d'été sur la prairie ombreuse...

D'Algernon Newton, déjà, ici et .

17/12/2014

Bang : Serban Savu, encore


Serban Savu - Silent gathering, 2014
Huile sur panneau
Via Galeria Plan B


De Serban Savu, déjà.

16/12/2014

L'art au travail : Evelyn Dunbar


Evelyn Dunbar - Putting on Anti-Gas Protective Clothing / On revêt la combinaison de protection contre les gaz, 1940
Huile sur toile
Imperial War Museums ART LD 247
Source



Evelyn Dunbar est surtout connue pour sa production de War Artist pendant la seconde mondiale - comme la plupart des femmes parmi ces peintres, elle s'est concentrée sur le travail des infirmières, auxiliaires, météorologues et volontaires du Women's Service et de la Women's Land Army, sans oublier les paysannes. Car la guerre, on l'oublie toujours un peu, c'est d'abord du travail, du travail et encore plus de travail, généralement plus sale, plus dur et plus dangereux que d'habitude. Tiens, thème de réflexion : la guerre, c'est la continuation du travail par d'autres moyens.

Et c'est aussi l'attente : le chef-d'œuvre de Dunbar, c'est la queue chez le poissonnier.

14/12/2014

Société du spectacle : Semianyki, la famille



Sète, Théâtre Molière, 6 décembre 2014












Le décor des Semianyki





Semianyki, 2007
Mis en ligne par Circomanya




et le final traditionnel des clowns préférés des chats : 




Semianyki, Théâtre Molière, Sète, 6 décembre 2014
Mis en ligne par catsascatscan

12/12/2014

Ronde de nuit : planète préservée


Montpellier - Boule lumineuse du marché de Noël, place de la Comédie, 11 décembre 2014...






Selon la mairie, cette mappemonde évoque "les territoires tant géographiques que culturels, la mondialisation des échanges, le mixage des populations et la nécessité de préserver la planète"






Montpellier, Square Planchon, face à la Gare : dispositifs anti-SDF fixés sur les bancs, 11 décembre 2014

























Les vacances du bestiaire : envolé cabré


 Faith47 - Let he who tied the bell to the lion take it off, Miami,  2012
Via Faith47, voir ici pour l'ensemble du mural


Faith47 - The solar logos, Londres 2014
Via Faith47, voir également ici ou

11/12/2014

The cat's meow : Tir-lan-laire, La-i-tou, La-ri-rette, Pi-lou-i...


Jules Laforgue - La chanson du petit hypertrophique
par Catherine Sauvage
Mis en ligne par HouenTouen



Revue Blanche, 1er Août 1895, pp.117-118




10/12/2014

Les intérieurs sont habités : l'escalier du passage


Auguste Louis Marie Ottin - Escalier du passage Radziwill, 1883 
Aquarelle  
Collection Chauvet. Dessins sur Paris et ses environs.
Source : Gallica/BnF


"Les révolutions de cet escalier forment deux spirales gracieuses et partent chacune d'un point opposé, en A et B, dans les couloirs de communications du rez-de-chaussée de la maison. Les visiteurs peuvent se voir monter, ils changeront tour à tour de paliers et iront jusqu'en haut de la maison allant tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche, sans jamais pouvoir se donner la main. 




En effet, si on part du palier A situé du côté le plus près de la rue de Valois, on pourra monter et sonner successivement aux portes des logements du premier à droite, du deuxième à gauche, etc., situés en A (fig. 1). Si, au contraire, on part du palier B situé du côté le plus près de la rue Radziwill, on ira chez les locataires du premier à gauche, du deuxième à droite, etc."
La maison de neuf étages dans le passage Radziwill à Paris, La Nature, 1896




L'escalier vu d'en haut



Le passage lui-même a été absorbé, comme pratiquement toute la rue Radziwill, par le complexe de la Banque de France. L'immeuble du 33, dit Hôtel meublé de Radziwill, fut longtemps réputé être le plus haut de Paris, avec ses huit étages sur la rue Radziwill et neuf sur la rue de Valois. Construit en 1781, son double escalier et ses deux entrées, 33 rue Radziwill et 48 rue de Valois, favorisaient les entreprises discrètes comme la prostitution. En 1791 l'immeuble abritait un vaste et dangereux tripot comptant sept salles en rez-de-chaussée côté rue de Valois, huit côté Radziwill, et quatre à l'entresol (1). Rénové, il abrite aujourd'hui des activités tout aussi discrètes, celles du Comité d'entreprise de la Banque de France. L'escalier existe toujours, on peut en voir des photographies ici, sur l'excellent Paris-Bise-Art. À noter qu'il sert brièvement de décor à Patrick Modiano pour son roman L'horizon (Gallimard, 2010).


(1) cf. Jacques Hillairet - Dictionnaire historique des rues de Paris, Minuit éd. 1985, II, p. 316.

09/12/2014

L'art de la fenêtre : Sharon Sprung


Sharon Sprung - Portrait of a Girl In Broken Window
Huile sur panneau
Source

08/12/2014

La forme d'une ville : Monsù Desiderio



Didier Barra (Monsù Desiderio) - Vue fantastique d’une église gothique, ca 1647
Huile sur ardoise 
Metz, Musée de la Cour d’Or
Via muian

07/12/2014

Les intérieurs sont habités : Bang


Volkmar Wentzel - Mannequin caché derrière un abri dans une cave, test de bombardement atomique au Nevada, National Geographic, 1953
Via natgeofound

06/12/2014

Portrait craché : Hannah, Peter, Gluck



Romaine Brooks - Peter, a young english girl, 1923-24 
Huile sur toile
Via Smithsonian American Art Museum



Portrait d'Hannah Gluckstein, dite Peter, dite Gluck, peintre anglaise (1895-1978). D'elle, voir entre autres Three nifty nats, 1927.

05/12/2014

Parcs et jardins : Balla


Giacomo Balla - La fidanzata al Pincio / La fiancée au jardin du Pincio, 1902 
Galleria d'Arte Moderna, Milan
Via amolenuvolette

04/12/2014

Ronde de nuit : le greffe (Quint Buchholz, encore)


Quint Buchholz - Katzenversammlung / Assemblée de chats, 1995
Via Today I am in love with...




Cat Power - Living proof  - BO pour My Blueberry Nights (Wong Kar-wai, 2007)
Mis en ligne par Márcio Tavares

03/12/2014

Duos : Quint Buchholz


Quint Buchholz - Koenig und Narr / Roi et Bouffon, 1989

02/12/2014

Ciel... Rebibbia


Gaetano Pezzella - Hotel Rebibbia
Via Gaetano Pezzella



De Gaetano Pezzella : Hotel Rebibbia, (Harald ed, coll. Quaderni del Carcere, 2013, épuisé) reportage photographique dans la prison de Rebibbia, à Rome : ici, , et encore .

Entretien avec le photographe sur le site Prison Photography (en anglais).

Gaetano Pezzella sur Flickr.



Antonio & Paolo Taviani - César doit mourir, 2012, tourné dans la prison de Rebibbia et joué par ses détenus : Discours de Marc-Antoine
Mis en ligne par Jesús Aguilar




Antonio & Paolo Taviani - César doit mourir, 2012 : backstage
Mis en ligne par Sacher Distribuzione

30/11/2014

La forme d'une ville : retour arrière interactif


Jean-Antoine Injalbert (23 février 1845, Béziers - 20 janvier 1933, Paris) - Hôtel Chappaz, Béziers




La décision de quitter Paris m'est apparue comme une évidence dans la minute qui a suivi l'ouverture  de l'enveloppe kraft envoyée par la caisse de retraite.
(page 1)










Je me suis enfoncée dans le réseau des voies médiévales par la rue des Balances bordée d’hôtels particuliers. La majesté des palais comme celui de Sarret avec sa loggia ouvragée et son imposant escalier de pierre contrastait avec l’enfilade de commerces fermés, de vitrines passées au blanc d’Espagne, de devantures défraîchies. J’ai ralenti en passant en face d’une droguerie dont les carreaux avaient été remplacés par des planches mal jointes sur lesquelles couraient des inscriptions obscènes. Plus loin, des parpaings obturaient la façade d’une bijouterie. Même ambiance aux alentours de la mairie avec son lot de pizzerias et de boulangeries en déshérence. La vieille poste qui faisait face à l’hôtel de ville avait disparu, remplacée par une place minérale et l’arrêt Gabriel-Péri, un abribus déstructuré en tôles de couleur rouille, criblé, comme à la mitraillette, de trous qui formaient les noms de toutes les stations placées sur la ligne. Plus j’approchais des halles, et plus mon regard accrochait les traces du désastre. Pas un passage qui ne recèle deux ou trois boutiques moribondes, alors que me revenaient les images d’hier quand une foule avide se pressait sur les trottoirs et que le moindre espace donnant sur la chaussée regorgeait de marchandises.
(page 19)

Didier Daeninckx - Retour à Béziers, 2014, Verdier éd.




Didier Daeninckx et Sébastien Calvet - Retour à Béziers, livre interactif, 2014
Mis en ligne par L'Apprimerie




29/11/2014

L'art de la rixe : N. C. Wyeth


N. C. Wyeth - Waite seized him and swung him on high amid a volley of terrified oaths and then dashed him down and away (Bar-room brawl), illustration pour Ceylon Hollingworth, Punderton Waite, 1915
Huile sur toile
Source

28/11/2014

La forme d'une ville : le vieux Tsepnoï


Karl Petrovitch Beggrov - Vue perspective du pont en chaînes de Panteleïmon sur la Fontanka à Saint-Pétersbourg, 1ère moitié du XIXème
Lithographie aquarellée (voir en grand)
Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
Via arthermitage



Tsepnoï, c'est le pont de chaîne, construit en 1823-24, et détruit en 1906.

De Beggrov également, la fête au toboggan...

27/11/2014

Le greffe : cache ta joie


Benjamin Dewey - Tragedy #262 - Le chat égoïste cache la formule de la joie
Via Etsy


Toutes les tragédies.

(En remerciant Tororo Shiru)

26/11/2014

L'art entre chien et loup : Stolitsa


Evguéni Ivanovitch Stolitsa (1870-1929) - Saint-Pétersbourg au Crépuscule
Via Tant de reflets posthumes

25/11/2014

L'art de la chute : Routier/Kipling


Jean Routier - Illustration de couverture pour Rudyard Kipling - Sous les déodars, Collection Nelson, 1925
Via Nelson's Collections

24/11/2014

L'art de la rue : Arntzenius, encore


Floris Arntzenius - Grote Spuistraat, Den Haag

23/11/2014

Ronde de nuit : têtes parties rêver


Vitrine illuminée de chapeaux pour hommes, ca 1918 
Epreuve gélatino-argentique
Alliance Commercial Photo Co.
Via Dodge & Burn

22/11/2014

Transports en commun : Flight/Roubaud


Claude Flight  -  Speed, 1922
Linogravure, quatre blocs en bleu de cobalt, ocre jaune, vermillon et bleu de Prusse
Source


A propos de Claude Flight.

Et des omnibus parisiens.

Et, aussi, en hommage à la ligne 29 :



Jacques Roubaud - Ode à la ligne 29 des autobus parisiens, 2012
Lecture publique par Jacques Rebotier, Dominique Reymond et Jacques Roubaud à l'occasion de ses 80 ans
Mis en ligne par Mediapart






21/11/2014

Les occupations solitaires : la dent


Floris Arntzenius - (Surabaya, 9 Juin 1864 - La Haye, 16 Février 1925) - Le mal de dent



En profiter pour relire Le Clézio : Le jour où Beaumont fit connaissance...

20/11/2014

Ciel... Bracquemond


Félix Bracquemond - La Mer - frontispice, 1895
Eau-forte
Via Adventures in the Print Trade

19/11/2014

L'art de la rixe : Dorotte


Antoine Dorotte - Sur un coup d'surin, plaque 128, 2007 
Gravure sur zinc sur papier 
Bordeaux, Musée des Beaux-Arts
Source


Egalement sur un-spaced

18/11/2014

Le bar du coin : Alexander Shundi


Alexander Shundi - Bar Italia II
Huile sur toile
Source



...qui fait écho à un autre Bar Italia...

17/11/2014

Les vacances du bestiaire : e-g-i-è-p-r-i-p-h-é-p


Sauterelle éphippigère provençale (ephippiger provincialis)
16 Novembre 2011



En remerciant Françoise et Dany pour l'identification de la bestiole. 


r-p-o-p-h-e-s-s-a-g-r



                                     r-p-o-p-h-e-s-s-a-g-r
                           who
  a)s w(e loo)k
  upnowgath
                       PPEGORHRASS
                                                       eringint(o-
  aThe):l
               eA
                    !p:
S                                                                        a
                                      (r
  rIvInG                              .gRrEaPsPhOs)
                                                                         to
  rea(be)rran(com)gi(e)ngly
  ,grasshopper;


E. E. Cummings - r-p-o-p-h-e-s-s-a-g-r, in No Thanks, 1935
Traduction française par  D. Jon Grossman ici

15/11/2014

Les occupations solitaires : la fenêtre


Feliú Elías Bracons - La galería, 1928
(et détail)
Huile sur toile
Museu Nacional d'Art de Catalunya
Via Manuel/Flickr

14/11/2014

The cat's meow : Liechtenstein


Les Fatals Picards - chantant Robert
Concert au Rockstore, Montpellier, 13 Novembbre 2014




Les Fatals Picard - Punks au Liechtenstein, 2013
Mis en ligne par Bleach Production



Quand on parle de frappes chirurgicales 
l'armée attaque-t-elle l'ennemi au bistouri ? 
Si un vampire nazi boit le sang d'un juif 
aura-t-il des problèmes de hiérarchie ? 
Est-ce qu'un album de Cher est vraiment 
plus cher qu'un album d'Usher ? 
Mais est-il vraiment moins cher 
qu'un concert de Stéphane Eicher ? 

Mais mon amour est-ce que tu sais... 
s'il y a des punks au Liechtenstein ? 
Des punks au Liechtenstein ? 
Des punks au Liechtenstein 
qui se demandent 
s'il y a des punks au Liechtenstein ? 

Si un éléphant prend la défense d'un autre 
est-ce de l'altruisme ou du vol ? 
Et si j'écrase mon avocat 
est-ce que j'obtiendrai du guacamole ? 
L'homme élastique aime-t-il sauter à l'élastique ? 
Si j'vis sans toi(t) est-ce que je finirai mouillé ? 
Si je branche le Coran devient-il électrique ? 
Les oeufs brouillés vont-ils se réconcilier ? 

Mais mon amour est-ce que tu pourrais me dire... 
s'il y a des punks au Liechtenstein ? 
Des punks au Liechtenstein ? 
Des punks au Liechtenstein, 
qui se demandent 
s'il y a des punks au Liechtenstein ?

13/11/2014

Portrait craché : l'auteur, le verre et la noyée


William Gaddis - Autoportrait



Pas du tout comme son mari Harry, il est le plus... Il écrit aussi, vous savez. «Publier et être damné, disait le duc de Wellington, vous vous souvenez ? Harry est à Hollywood, épelé à l'envers.» Vous voyez ce que je veux dire ? «Tu ne vendras pas ton art» (1), épelé à l'envers. Oh, peu importe. Après tout, ce sont les impuretés dans les pierres précieuses qui leur donnent leur éclat ravissant, pas vrai ? Et leur valeur ! Je veux dire que Shelley buvait du laudanum à la bouteille, pas vrai ? Et bien entendu Swinburne ! Mon Dieu ! Je me sens si nu au milieu de tous ces gens. C'est comme une mascarade, non ? Tenez, vous la voyez ? La fille sur le divan ? exactement comme la noyée de la Seine, ce masque mortuaire si touchant qu'on a fait sur le visage d'une enfant inconnue qui n'avait pas pu supporter la vie. Je veux dire la vie réelle. 


William Gaddis - Les Reconnaissances, V, 1952
trad. Jean Lambert, légèrement modifiée (2), Gallimard éd. 1973



William Gaddis




(1) Trade ye no mere moneyed art, un palindrome en anglais.

(2) Gaddis dit bien publish and be damned, publiez et soyez damné(e), comme le duc de Wellington menaçant Harriette Wilson, la courtisane qui voulait publier ses lettres compromettantes. Pour ces passages de l'édition originale américaine (p.177) voir les commentaires des Gaddis Annotations.

12/11/2014

L'art de la fenêtre : Burchfield


Charles Burchfield - Flower pot in window, 1919
Aquarelle
Via JaymeInva