30/12/2012

Passage du jour et de la nuit


Adolphe Théodore Jules Martial Potémont - Passage de l'Opéra - Boulevard des Italiens 
Les Boulevards de Paris, 1877
Eau-forte, rehauts d'aquarelle
(Via BibliOdissey)


"... Il était triste, à en juger par ses sourcils froncés, sa large bouche moins distendue et moins lippue qu'à l'ordinaire, et la manière entrecoupée de brusques pauses dont il arpentait le double passage de l'Opéra. Il était triste. "
Charles Baudelaire - Comment on paie ses dettes quand on a du génie (in Le Corsaire-Satan, 24 novembre 1845)


 Gustave Doré - Le passage de l'Opéra une nuit de bal
Le Journal Illustré n°53 du 12 février 1865


"C'est pendant les nuits de carnaval que le passage de l'Opéra est curieux à observer. On sait que l'Opéra donne des bals masqués tous les samedis et que ces bals, conduits par l'archet du célèbre Strauss, ont une réputation européenne. (...)
 
  

Gustave Doré - Le passage de l'Opéra une nuit de bal 
détail de la précédente
Source : Richard Sennett

 
(...) C'est à minuit que l'Opéra ouvre ses portes pour le bal; à partir de onze heures le passage de l'Opéra est littéralement encombré par les masques et les travestis qui se préparent au plaisir de la danse en échangeant les propos les plus joyeux et les plus bizarres, tandis que les promeneurs, que ce spectacle attire, se rangent prudemment de côté pour les laisser passer. Les magasins se ressentent de cette animation, les cafés restent ouverts toute la nuit ; tout est bruit, éclats de rire, gaité, jusqu'à ce que les premières lueurs de l'aube aient remplacé les feux expirants du gaz."


Passage de l'Opéra (1822-1925)
Source : Richard Sennett



"Un jour, jour de détresse suprême, Baudelaire vendit au bouquiniste du Passage de l’Opéra pour 20 francs de bouquins, de musique et jusqu’à des autographes de nos amis. Le bouquiniste en riait lui-même. Il en avait sa charge. "Et quand je pense, disait-il, que je donne 20 francs de tout cela ! qu’est-ce que j’en ferai ?" "
Charles Asselineau, Baudelaire, Recueil d'anecdotes, in Eugène Crépet, Baudelaire, étude biographique, 1906




Aucun commentaire: