08/05/2011

Il lisote les auteurs à la mode

Pierre Subleyras - Portrait d'un homme, dit Portrait de Giuseppe Baretti, ou encore Portrait de Jacques-Antoine de Lironcourt, ca 1745
Musée du Louvre



Cela vous vient régulièrement, comme les phases de la lune - on se retourne tels les chats sur leur coussin - miaulant d'inconfort et d'insatisfaction : les bons auteurs se font rares. On choisit un livre au hasard - cela vous tombe des mains. On y passe une nuit d'insomnie - et d'ailleurs les meilleurs qui nous restent, ne vont-ils pas vivre ailleurs ?

C'est au petit matin, la diane chantant dans les cours des casernes, que se prennent des résolutions : Relisons les classiques ! 

- (Un soupir, dans le fond) lesquels encore ?

- Commençons par Robert Pinget ! Il faut former de grands projets ! Tout Pinget, et dans l'ordre chronologique !

Et de fouiller dans la bibliothèque. Ainsi commence l'aventure du jour, qui durera peut-être.

La bibliothéconomie des chats est, comment dire, toute féline... Pour lire Pinget dans l'ordre chronologique, il faut évidemment partir d'Entre Fantoine et Agapa (1951). Or, pas moyen de mettre la patte sur Fantoine, encore moins sur Agapa.

Qu'à cela ne tienne.

Trouvons une librairie. Prenons le métro. Courons tous les risques.





Emergeons à Odéon, à 8h45 du matin, largement en avance sur l'horaire d'ouverture. Badons le kioskajournaux. Voyons les questions que le monde se pose...













8h55, carrefour Saint-Michel-Saint-Germain, émouvant spectacle. De tous leurs yeux phosphorescents, les chats regardent un employé de Jean-Claude Decaux procéder au lever des couleurs...




...sur un panneau publicitaire.




Ingénieux dispositif : le filin est dissimulé dans une cavité ménagée au pied du panneau.




Collé sur le poteau d'à côté, Julien Gracq n'en croit pas ses yeux.





10h00  - la foule se rue chez Joseph Gibert, en quête de culture. Hélas, pas de Fantoine...

10h15 - Pas d'Agapa non plus à la Compagnie, pourtant librairie quasi-officielle des Editions de Minuit...

10h45 - Traversons tout Paris...

11h10 ...sa Préfecture en travaux... 




11h15 ...sa rue du Renard aux Monte-en-l'air...





11h30 ...son Bobourg en BD...




 11h45 ...ses alentours...


...et dans ces alentours, Colette. Merci Colette, providence des chercheurs de Fantoine...


 
 ...qui commence comme ça :



On peut en lire un peu plus (jusqu'à la page 11) ici à Minuit.

(Un autre soupir, dans le fond) - Et cela va durer, cette tocade ?

- Oui, tant que je trouverai des phrases comme celle-ci : "Je suis donc convaincu aujourd'hui qu'on ne cherche point, dans l'œuvre d'art, à faire surgir le beau ou le vrai. On n'y a recours - comme un subterfuge - que pour continuer de respirer".
Robert Pinget - Entre Fantoine et Agapa, Minuit éd., p.105. 


Cela dit, quand j'étais facteur, je préférais le petit blanc, sec.

Voir le site consacré à Robert Pinget.

2 commentaires:

lechantdupain a dit…

Ah lorsque l'oeil du chat est ainsi aiguisé, le prétexte de la chasse au livre devient une amusante promenade, féline comme il se doit...

Patricia a dit…

Quel plaisir de se balader avec les chats à travers une partie de Paris ! Ces quêtes de livres, je les connais très bien. Quand on rentre bredouille à la maison, on ressent comme une espèce de frustration, une sensation de manque, d'inachevé.
Merci de ce beau reportage parisien sur l'état du monde, ce matin-là, à travers des affiches.