07/08/2009

Trois calypsos



Jamaica Johnny - Amstel beer calypso
Mis en ligne par OmeSees


Un calypso publicitaire comme il y en eut tant. Nells Liefeld, Jamaica Johnny pour la scène, s'il choisit de chanter en anglais plutôt qu'en néerlandais ou en papiamento, n'en était pas moins un musicien originaire du Surinam et actif en Hollande dans les années 60.
Depuis ce temps-là d'ailleurs il faut bien dire que les publicités Amstel ont un peu
baissé de niveau.





Sir Lancelot chante British grenadiers et la première partie de
Shame and scandal in the family, a.k.a. Fort Holland calypso song
dans I walked with a zombie de Jacques Tourneur (1943)
Mis en ligne par zombiesareamazing




Sir Lancelot chante Shame and scandal in the family
a.k.a. Fort Holland calypso song (deuxième partie)
dans I walked with a zombie de Jacques Tourneur (1943)
Mis en ligne par zombiesareamazing


Après des études secondaires à Port-of-Spain Lancelot Victor Edward Pinard étudie la médecine à New-York. C'est là qu'il devient chanteur de Calypso, au Village Vanguard, puis part dans une tournée de l'Ouest américain qu'il termine à Los Angeles. Il y entame alors une carrière d'acteur-chanteur qui durera de 1943 à 1958 - trois films avec Tourneur, et entre autres To have and have not de Hawks, Brute force de Jules Dassin. Lancelot est un chanteur de calypso hors norme pour l'époque, issu d'une famille riche, travaillant sa voix de ténor, se produisant aux USA et en Europe plutôt qu'à Trinidad, et cela dix ans avant le Calypso Craze du temps de Harry Belafonte.

I walked... est un faux film de zombie recouvrant un drame amoureux et familial, dont l'intrigue est en fait une adaptation de Jane Eyre. Mais la trame de fond du film c'est bien la guerre froide interraciale des îles, et à l'époque Tourneur ne pouvait l'aborder que métaphoriquement.

Dans cette métaphore les apparitions courtes de Lancelot jouent un rôle central. Il traverse le film en coryphée tantôt humble et tantôt menaçant, poussant la complainte cruelle de la famille Holland. A noter que Lancelot fit partie en 1948, comme Katharine Hepburn, des supporters hollywoodiens du Progressive Party d'Henry Wallace, dernier sursaut de la gauche Rooseveltienne. C'était alors le seul parti états-unien mainstream à présenter des candidats de couleur aux élections locales, et Wallace le seul candidat à refuser systématiquement de parler devant des audiences ségréguées.

Il s'agit du texte original de Shame and scandal in the family, qui décrit les relations entre les personnages du film. La version ultérieure des paroles, bien plus connue, est due à un autre calypsonian, Lord Melody. Les deux chansons sont bien différentes : la seconde est une satire de la famille éclatée Trinidadienne, la première est une malédiction.


There was a family who lived on the isle
Of Saint Sebastian a long long while
The head of the family was a Holland man
And the younger brother his name was Rand.
Ah woe, ah me
Shame and sorrow for the family
Ah woe, ah me
Shame and sorrow for the family.
The Holland man he kept in a tower
A wife as pretty as a bit white flower
She saw the brother and she stole his heart
And that’s how the badness and the trouble start.

The wife and the brother they want to go
But the Holland man, he tell them no
The wife fall down and the evil came
And it burnt her mind in the fever flame.
Ah woe, ah me
Shame and sorrow for the family
Ah woe, ah me
Shame and sorrow for the family.
Her eyes are empty and she cannot talk
And a nurse has come to make her walk
The brothers are lonely and the nurse is young
And now you must see that my song is sung.




Lord Executor - I don't know how the young men living, 1937
Mis en ligne par ooHZAoo

Un calypso "social" des années trente dont le refrain dit :

Come on open the door, give me the bottle and let me go...

Aucun commentaire: